Ouvrir un snack : formalités administratives et formation sanitaire obligatoires

Le snack fait partie des services de restauration rapide. Selon la définition de l’Insee, il consiste en « la fourniture au comptoir d’aliments et de boissons à consommer sur place ou à emporter, présentés dans des conditionnements jetables. »

Devenu un concept qui fait fureur en France, le snacking ne cesse de se réinventer : du fast-food à l’américaine, on parle aujourd’hui de snack-bar, de snacking bio, de snacking « fait-maison », de snacking végétarien ou encore de snacking « globe-trotteur ».

Vous aussi, vous souhaitez vous lancer dans la création d’un snack ? Découvrez l’essentiel de ce qu’il faut savoir en matière de formalités administratives et de formation obligatoire à l’hygiène alimentaire pour ouvrir ce type de commerce.

Ouvrir un snack : quid de la salubrité alimentaire ?

Si aucun diplôme spécifique n’est exigé pour ouvrir ce type de restaurant commercial, il est cependant des questions sur lesquelles l’on ne peut transiger. Et la plus importante de toutes concerne la sûreté alimentaire. Car une méconnaissance des normes sanitaires ou de stockages d’aliments, par exemple, peut être à l’origine d’une intoxication alimentaire, parfois grave, voire mortelle, chez les consommateurs.

Afin d’assurer l’innocuité des denrées, de la réception jusqu’au service et à la livraison — en passant par la manipulation, la conservation et la transformation — la réglementation en vigueur (cf. décret n° 2011-731 du 24 juin 2011 et arrêté du 5 octobre 2012) impose aux restaurateurs de compter parmi leurs effectifs au moins une personne formée aux règles d’hygiène et de santé publique (normes HACCP).

Les autres formalités administratives

D’autres formalités administratives ne peuvent être négligées. Entre autres, les formations obligatoires relatives :

  • A la gestion d’entreprise, dispensée par la CCI ou la Chambre des Métiers.
  • Au « permis d’exploitation », relatif aux droits et obligations relatifs à l’exploitation d’un débit de boissons, en vue d’obtenir une licence III ou IV si l’on souhaite servir du breuvage alcoolisé dans le cadre ou en dehors des repas.
  • Au « permis de vente de boissons alcooliques la nuit », permettant de vendre ce type de breuvage à emporter, entre 22 heures et 8 heures.

En outre, l’entrepreneur doit déclarer son activité :

  • Auprès de la Mairie 15 jours avant l’ouverture de son établissement.
  • Auprès de la Direction Départementale pour la Protection des Populations (DDPP) dans un délai d’un mois après ouverture.

Les bonnes raisons d’ouvrir un snack

Marché dynamique qui voit continuellement de nouveaux concepts se développer, le snacking séduit de plus en plus de Français.

Les raisons d’un tel engouement ? Elles se trouvent tout d’abord dans le peu de temps que les Français consacrent en moyenne à leur déjeuner quotidien : de 1 h 45 il y a 30 ans, la durée moyenne de la pause déjeuner tourne aujourd’hui autour de 30 minutes.

Une étude menée par Vitagora-Ipsos vient d’ailleurs corroborer ce fait : 53 % des Français déclarent être pressés, troquant ainsi le vrai repas de midi contre un sandwich ou une salade.

Mais sauter un repas complet n’est pas sans conséquence. Ainsi, de nombreux consommateurs craquent et s’offrent un snack en milieu d’après-midi.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce mode de consommation en semaine n’est pas prêt de s’essouffler.

 

Pour en savoir plus, nous vous conseillons de vous référer aux pages suivantes :




Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Permis d'Exploitation

Stages Permis d'Exploitation

>> Réserver un stage <<
Hygiène Alimentaire

Formations Hygiène Alimentaire

>> Réserver un stage <<