Bien que les débits de boissons ne se ressemblent pas tous, ils sont pourtant tous soumis aux mêmes formalités et réglementations.

Ouvrir une discothèque

Cependant, que vous ouvriez un restaurant, ou une pizzéria ou une boîte de nuit, en plus de respecter la réglementation de base, vous devrez aussi vous soumettre aux formalités spécifiques de votre secteur.
Même si le nombre de discothèques en France a baissé à cause du développement des bars dansants et des soirées étudiantes, le décret permettant aux boîtes de nuit de fermer à 7h du matin a redynamisé ce secteur.
Si vous pensez à vous lancer dans le projet ouvrir une discothèque, voici cinq points clés qui vous permettront d’adopter une bonne réflexion.

Discothèque : taille et emplacement

La taille de votre discothèque déterminera sa capacité d’accueil de la clientèle. Si vous optez pour une grande discothèque, vous pourrez facilement accueillir plus de 1000 personnes. Une discothèque de taille moyenne peut aussi accueillir jusqu’à 1000 personnes. Un établissement de grande ou de moyenne taille peut être constitué de plusieurs salles et peut vite devenir une référence.

Une discothèque de petite taille réduira votre capacité d’accueil mais vous pourrez cibler un type de clientèle bien précis et pourquoi pas adopter une activité saisonnière. L’emplacement de votre boite de nuit est également très important car il peut déterminer la taille de votre local et le drainage quotidien de la clientèle. Vous pouvez choisir de vous placer en centre-ville ou en périphérie pour ouvrir une boite de nuit.

Un emplacement en centre-ville vous permettra d’attirer plus facilement et plus régulièrement les clients à l’inverse d’un emplacement en périphérie mais votre capacité d’accueil sera réduite.

Discothèque : réglementation spécifique


Tout comme les restaurants ou les pizzérias, les discothèques sont soumises à une réglementation spécifique à ce type d’établissements. Vous devez donc vous assurer de respecter démarches pour ouvrir une discothèque les points suivant :
  • Avoir les licences permettant de vendre de l’alcool
  • Avoir l’autorisation de votre préfecture pour ouvrir votre établissement toute la nuit
  • Signer un contrat général de représentation avec la SACEM et s’acquitter des redevances relatives aux droits d’auteurs (8% du CA HT)
  • Verser 1.65% de votre CA HT à la SPRE (société pour la perception de la rémunération équitable)

Discothèque : étude acoustique

L’accoustique des discothèques est réglementée : les établissements ne doivent pas dépasser les 105 décibels. Il est donc indispensable de contacter le service communal d’hygiène et de faire faire une étude acoustique par un professionnel habilité afin de vérifier la conformité de l’isolation acoustique du local et de prévoir d’éventuels travaux pour le remettre aux normes avant ouverture.

Discothèque : Aptitudes professionnelles

Tout comme pour un restaurant ou une pizzéria, l’ouverture d’une discothèque ne resuit aucun diplôme. Il vous faut cependant maîtriser certaines aptitudes professionnelles liées à cette activité. Vous devez être capable d’identifier, de comprendre et de répondre aux attentes de votre clientèle.

Le recrutement du DJ et du personnel et l’ajustement des animations et des prix sont donc des éléments très importants.

Discothèque : La concurrence

Prix attractifs et jeune public, les discothèques sont très concurrencées par les bars dansants et les soirées étudiantes. Il vous faut donc veillez à limiter vos tarifs (sans casser votre marge) afin de pouvoir répondre aux attentes de votre clientèle et être compétitif. Vous pouvez également vous démarquer en diversifiant vos services : vous pouvez proposer un service de restauration en début de soirée ou proposer des soirées à thèmes par exemple.

Si ouvrir une discothèque vous attire, nous vous encourageons à en apprendre plus sur les principaux points de la réglementation professionnelle et les contraintes liées à la gestion d'une discothèque.


Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.