La table d'hotes

Que vous ayez décidé de vous reconvertir pour ouvrir des chambres d'hôtes, ou que vous le proposiez de manière ponctuelle, vous pouvez diversifier votre activité et proposer une table d'hôtes à vos invités. C'est une façon très conviviale de découvrir un terroir et de faire plus ample connaissance avec ses hôtes. Cependant, si vous souhaitez ouvrir une table d'hôtes et potentiellement y servir de l'alcool, il faut commencer par vous renseigner sur les réglementations en vigueur et notamment les licences à obtenir.

table d'hôtes


Définition de la table d'hôtes

Sommaire
  1. - Un repas unique à partager ensemble

  2. - Quelles sont les règles pour proposer de l'alcool à une table d'hôtes ?

  3. - Quelles informations sont obligatoires pour les clients ?

  4. - Origine des produits alimentaires

  5. - Hygiène et sécurité

    1. - Qu’est-ce qu’une table d’hôtes ?

    2. - Table d’hôtes : réglementation

    3. - Table d’hôtes : règle d’affichage

    4. - Table d’hôtes : vente d’alcool


La table d'hôtes est une prestation additionnelle, c'est-à-dire non obligatoire, en complément d'une activité de chambre d'hôtes soumise à l'obtention d'un permis d'exploitation.

Lire aussi : Comment financer votre permis d'exploitation ?

Ce n'est pas une activité unique, car dans le cas contraire, elle serait considérée comme restaurant. Les gîtes quant à eux diffèrent des chambres d'hôtes par leur accueil, les pensionnaires y disposent en effet d'un bâtiment entier avec cuisine et salle d'eau dédiée à leur usage, au contraire d'un hébergement chez l'habitant où les espaces sont communs.

La prestation d'une table d'hôtes doit donc se limiter aux seuls pensionnaires de la chambre d'hôtes, limitée par la capacité d'accueil des chambrées qui ne peut excéder 15 par nuit.

Les exigences en termes de préparation des repas

Associée à la chambre d'hôtes, la table d'hôtes se propose à la table familiale (il est exclu d'ajouter des tables supplémentaires dans la salle pour y accueillir les hôtes). Le but est de profiter d'un repas fait maison pour mettre en avant les produits locaux, afin d'offrir aux hôtes une découverte culinaire typique de la région. Si votre région propose des produits AOP, une spécialité locale, n'hésitez pas à les faire découvrir à vos pensionnaires !

Un repas unique à partager ensemble

Les repas sont donc pris en commun avec les hôtes, chez eux, dans la cuisine ou dans leur salle à manger (et non pas dans une salle dédiée à l'usage des pensionnaires) : il s'agit avant tout de partager son propre repas avec ses pensionnaires, "en immersion" dans la région. Ce repas préparé sur place par les exploitants de la chambre d'hôtes doit d'ailleurs comporter une majorité d'ingrédients du terroir, si possible provenant d'exploitations agricoles locales.

Comme lors d'une invitation à dîner, un seul repas sera donc proposé, avec un menu unique (entrée, plat, dessert, etc.) qu'il ne sera pas possible de changer.

Les horaires de ce repas pris en commun sont également fixés par l'exploitant : c'est un service unique.

Quelles sont les règles pour proposer de l'alcool à une table d'hôtes ?

Vous pouvez au cours de ce repas librement proposer aux hôtes toutes les boissons du groupe 1 (boissons non alcoolisées), sans faire l'objet d'une demande de licence. Cependant, pour la bonne entente de tous, veillez à informer vos clients si les boissons sont comprises dans le menu, ou si elles font l'objet d'un supplément.

Pour le service de boissons alcoolisées de catégorie 3 (vins, vins doux, cidre, poiré, crème de cassis, bière, etc.) au cours de ce repas, il est nécessaire d'obtenir la petite licence restaurant. Vous ne pouvez donc pas offrir à vos hôtes un petit digestif en fin de repas ou un verre de vin rouge à table si vous ne disposez pas de cette licence. Pour servir des alcools distillés de catégorie 4 (rhums, tafias, boissons alcooliques) à une table d'hôtes, vous devrez donc avoir obtenu la licence restaurant en plus de votre permis d'exploitation.

Attention : pour toute prestation supérieure à 15,24 €, il faudra remettre un double de la note au pensionnaire et conserver votre propre exemplaire pendant deux ans. La note doit comporter la date d'émission, les nom et adresse de l'exploitant de la chambre d'hôtes ainsi que le nom du client (sauf s'il s'y oppose), la date et le lieu d'exécution de la prestation, puis le décompte détaillé et enfin, le total à régler.

En savoir plus : Chambre d'hôtes : Normes et règles à respecter

table d'hôtes

Quelles informations sont obligatoires pour les clients ?

Si vous disposez d'une licence de catégorie 3 vous autorisant à servir lors du repas des boissons alcoolisées du groupe 3, ou d'une licence restaurant vous permettant de proposer des alcools plus forts (groupe 4), vous devez l'afficher clairement en vue de vos clients. Notez que si vous ne proposez pas d'alcool (boissons du groupe 1), vous n'avez pas besoin d'une licence supplémentaire : votre permis d'exploitation suffit.

Comme pour les chambres d'hôtes, les prix de la table d'hôtes doivent être clairement affichés à l'intérieur et à l'extérieur des lieux. Le menu du jour (unique) devra aussi être affiché de manière lisible, ainsi que la signalisation des allergènes potentiels.

Origine des produits alimentaires

Il est également obligatoire d'afficher l'origine des produits : viandes locales, fruits provenant d'une exploitation agricole à proximité ou encore légumes du potager. Vos clients viennent chez vous pour s'immerger dans une culture locale et un terroir : en tant qu'hôte, vous devez leur proposer un repas de qualité qui leur fasse découvrir les attraits de votre région. Profitez-en pour mettre en avant les petites exploitations locales : un circuit court est également la garantie d'un produit plus frais et donc plus goûteux.

Mais il s'agit de plus que d'obtenir une bonne appréciation sur les sites web touristiques : la gastronomie française est en effet inscrite au patrimoine immatériel de l'UNESCO. En servant un repas qui s'inscrit dans les traditions culinaires locales, vous participez donc à l'essor de l'image de votre région.

Hygiène et sécurité

Notez que l'affichage des normes d'hygiène obligatoires liées à l'activité de restauration est de rigueur. En plus de respecter la réglementation, cela rassurera également vos clients quant à la qualité du repas servi et la façon dont il a été préparé. Alors si vous avez suivi la formation HACCP lors de votre formation au permis d'exploitation, placez le certificat bien en vue.

Un repas de table d'hôtes servi à la bonne franquette ne dispense pas l'hôte de respecter les normes en vigueur figurant dans l'arrêté du 9 mai 1995. En cas de problème avec un client (intoxication alimentaire, allergène non signalé, etc.) vous courrez le risque de sanctions voire d'une fermeture administrative. Renseignez-vous auprès de la Direction départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DDCCRF) ou des services vétérinaires.

Vous souhaitez vous reconvertir professionnellement et vous avez décidé d’ouvrir une chambre d’hôtes.
Si vous pensez également à proposer une table d’hôtes à votre clientèle, voici quelques informations qui pourraient vous aider dans votre réflexion.

Qu’est-ce qu’une table d’hôtes ?

Une « table d’hôtes » désigne l’usage d’un exploitant d’une chambre d’hôte à proposer le repas à ses pensionnaires.

La table d’hôtes est donc une prestation additionnelle proposée à la clientèle de la chambre d’hôtes.
Elle n’est pas considérée comme étant un restaurant. Puisqu’il s’agit d’une prestation additionnelle, ce service ne peut être proposé qu’aux pensionnaires de la chambre d’hôtes et le nombre de pensionnaires ne peut pas dépasser les 15 personnes par nuit.

Table d’hôtes : réglementation

Tout comme la chambre d’hôtes, la table d’hôte est soumise à une réglementation précise qu’il vous faudra respecter.
Table d’hôtes : service du repas
Puisque la table d’hôtes est rattachée à la chambre d’hôtes, vous devez servir le repas dans la cuisine de votre logement.
De plus, vous devez proposer un menu unique à chaque repas. Vous n'avez pas la possibilité de proposer plusieurs entrées, plats et desserts.

Table d’hôtes : règle d’affichage

Tout comme pour la location des chambres, vous devez informer vos pensionnaires des prix pratiqués en les affichant.
Vous devez donc afficher les prix des menus. Vous devez aussi préciser ce qui est compris dans les menus (par exemple, vous devez préciser si les boissons sont comprises ou si elles sont en supplément).
Vous devez également afficher les règles d’hygiène alimentaire et préciser d’où proviennent les aliments. 

Table d’hôtes : vente d’alcool

La vente de boissons non alcoolisées est libre.
Cependant, si vous souhaitez vendre de l’alcool à vos pensionnaires à consommer pendant les repas, vous devez au préalable acquérir la licence restaurant.

stage france


Permis d'Exploitation

Stages Permis d'Exploitation

>> Réserver un stage <<
Hygiène Alimentaire

Formations Hygiène Alimentaire

>> Réserver un stage <<