Combien de temps l’alcool reste-t-il dans le corps humain avant élimination?

La loi l’interdit, le bon sens le condamne : il ne faut pas conduire quand on a un taux de concentration d’alcool supérieur ou égal à 0,50g/l dans le sang. Mais alors, quand on a eu une soirée arrosée, après combien de temps peut-on raisonnablement prendre le volant ? La question mérite d’être posée d’autant plus que parfois, l’on peut avoir déjà excédé le seuil de 0,50 g/l, sans montrer aucun signe d’ébriété. Alors combien de temps l’organisme met-il à éliminer l’alcool ? Mais avant de répondre à cette question, il faut d’abord s’interroger sur la diffusion de l’alcool dans l’organisme. C’est au terme du processus de diffusion en effet qu’advient l’élimination.

Absorption et distribution de l’alcool dans l’organisme

Sommaire
  1. - Absorption et distribution de l’alcool dans l’organisme

  2. - Le processus d’élimination de l’alcool

  3. - Les effets de l’alcool sur l’organisme

  4. - Persistance des traces et effets de l’alcool sur le long terme


Quand nous consommons de l’alcool, il passe entièrement dans le sang. L’absorption a lieu essentiellement dans l’intestin grêle (20 %) et dans l’estomac (80%). À l’opposé des aliments, les molécules de l’éthanol n’ont pas besoin de subir une transformation avant de rentrer dans le sang. L’alcool est assez vite absorbé par le sang, surtout lorsqu’il est ingurgité à jeun. Dans le cas du consommateur à jeun, le taux d’alcoolémie atteint son niveau maximal au bout de 30 minutes. En cas de présence d’aliments dans l’estomac, l’absorption peut prendre un peu plus de temps et l’alcoolémie n’atteint son niveau maximal qu’après 1 heure ou 3 quarts d’heure. Si l’absorption permet à l’alcool de se retrouver dans le sang, c’est pour le draguer dans tout l’organisme, du cœur au cerveau. Que l’alcool soit consommé pendant ou après le repas, il atteint le cerveau déjà 10 minutes après l’ingestion. Il n’attend donc pas la fin de l’absorption avant de vous monter à la tête.

Le processus d’élimination de l’alcool

L’alcool est éliminé à 95% au niveau du foie. Le reste (5%) est éliminé par autres organes, notamment les reins et la peau. L’élimination est rendue possible par un processus de transformation successive. L’alcool est transformé d’abord en acétaldéhyde, une substance connue pour sa toxicité. L’acétaldéhyde est transformé en acide acétique qui, à son tour, sera métabolisé en eau puis en gaz carbonique.  Ce processus ne peut en aucun cas être hâté. Ainsi, les « petites astuces pour vite éliminer » l’alcool n’ont aucune efficacité. Il est inutile d’avaler du café, de l’aspirine ou plusieurs verres d’eau pour faire baisser le taux alcoolémie. Le processus d’élimination est incompressible. Le foie met en moyenne une heure pour éliminer entre 0,15 et 0,25 g d’alcool par litre de sang par heure. Cette moyenne dépend de chaque sujet, surtout le fonctionnement du foie. Chez certains individus dont le foie est défaillant, le taux d’élimination descend jusqu’à 0,10 g par litre par heure.

Étant donné que le verre standard (unité d’alcool) fait monter le taux d’alcoolémie de 0,20 à 0,25 g par litre de sang, on retient qu’il faut en moyenne une heure pour éliminer un verre d’alcool. Toute la question ici est de pouvoir déterminer à partir de quel moment il faut commencer à faire courir le délai d’une heure. Le piège classique est de compter à partir du dernier verre. Or, après ce dernier verre, il faut encore compter 30 minutes ou même une heure d’absorption (selon que vous êtes à jeun ou non). Même s’il est vrai que l’élimination commence dès l’ingestion, l’élimination suit un rythme constant.

Les effets de l’alcool sur l’organisme

On a tous eu cet ami qui a pris un verre de trop à une soirée, peut-être a-t-il trop dansé, trop parlé… Nous avions dit que 10 minutes suffisent pour que l’alcool atteigne le cerveau. Son action sur le système nerveux se manifeste dès que le taux d’alcool dans le sang est supérieur à 0,5 par litre de sang. On comprend pourquoi la législation interdit la conduire quand l’alcoolémie dépasse ce seuil. Une fois parvenues au niveau du cerveau, les molécules de l’éthanol se fixent sur les récepteurs contrôlant l’activité de nos neurones. Au niveau de la vue, on constate généralement une diminution du champ visuel et une hausse de la sensibilité à l’éblouissement. Le sujet ne parvient pas, non plus à faire une évaluation juste de l’espace. La conséquence est que son appréciation de la distance est faussée : il estime par exemple avoir suffisamment serré la droite alors qu’il est encore au milieu de la voie…

L’alcool a également pour effet de ralentir la capacité de réflexion, mais aussi d’allonger le temps de déclenchement des gestes réflexes. L’alcool ayant un effet euphorisant, il est fréquent que le sujet fausse son évaluation de certaines situations, que sa compréhension de la réalité s’altère. C’est ainsi que l’on pose parfois des actes périlleux (le fait d’aborder un virage à vive allure par exemple). Dans ces conditions, il est préférable de ne pas prendre le volant quand on a déjà pris deux verres de boissons alcoolisées. Il faut rappeler que pour les personnes détenant un permis de conduire probatoire, le taux d’alcool dans le sang ne doit pas dépasser 0,2g/l, ce qui veut dire qu’un seul verre peut déjà être trop.

Persistance des traces et effets de l’alcool sur le long terme

Il faut aussi savoir que même si en soufflant dans un éthylotest, vous n’êtes plus positif, cela ne veut pas dire dans l’absolu que vous êtes détoxiqué totalement. En effet, l’alcool peut encore être détecté dans le sang jusqu’à 6 heures environ après son ingestion. Pour votre haleine, elle peut encore vous trahir 12 à 24 heures après la fête arrosée. Trois mois après avoir pris de l’alcool, vous en avez encore des traces dans vos cheveux.

L’alcool a d’autres effets sur le long terme. La consommation excessive de l’alcool nuit gravement au foie, ce qui prédispose l’individu aux hépatites et le prépare à la cirrhose. La consommation chronique de l’alcool crée la tolérance, ce qui entraîne la dépendance. Quand on considère ses effets à court et à long terme, l’alcool doit être réduit à une consommation minimale.

stage france