Du verre au sang : combien de verres pour combien de grammes d’alcool dans le sang?

La conduite en état d’ébriété est sévèrement punie par la loi, quel que soit le pays. Et même en dehors de toute législation, le risque élevé d’accident en cas d’ébriété suffit à convaincre chacun d’éviter de prendre le volant s’il n’est pas tout à fait sobre.

En effet, sur 7 accidents ayant fait des blessés, au moins un est dû à l’alcool. Ce ratio passe à 50% pour les accidents qui surviennent la nuit ou et weekends. Ici en France, le site internet de la Santé Publique affiche des chiffres encore plus loin : 41 000 décès et près de 30 000 cancers sont attribuables à l’alcool chaque année.  

Toute la question que le citoyen ordinaire se pose est celle de savoir à partir de combien de verres il aura franchi le cap. On sait tous qu’il ne faut pas prendre le volant en ayant plus de 0,5 g/L d’alcool dans le sang, ce qui équivaut à 0,25 mg par litre d'air expiré dans l’éthylotest. Mais comment savoir qu’on a plus de 0,5g/l d’alcool dans le sang ? C’est à cette question que nous répondons dans le présent article.

Sommaire
  1. - Connaître la concentration en alcool d’une boisson

  2. - L’alcool, du millilitre au gramme

  3. - Qu’est-ce que l’unité d’alcool?

  4. - La responsabilité des débitants


Connaître la concentration en alcool d’une boisson

On peut retrouver de l’alcool dans différentes boissons, aux couleurs, textures et contenants très différents. Cependant, malgré cette diversité de formes, l’alcool demeure le même : il s’agit de l’éthanol. C’est lui qu’en langage courant l’on appelle alcool pur. Évidemment, une bouteille de vin n’est pas, stricto sensu, une bouteille d’éthanol. La concentration en alcool est généralement marquée sur la bouteille. Pour la bière, la concentration ordinaire varie entre 4,5 et 6%. Cette indication en degré ou en pourcentage équivaut à la quantité d’alcool contenu dans 100 millilitres de cette boisson. Si donc il est marqué 35° sur une boisson, cela veut dire que sur 100 ml de ladite boisson, il y a 35 ml d’alcool pur. En conséquence, au fur et à mesure que ce taux sera élevé, la part d’éthanol dans la boisson sera elle aussi élevée.

À cette étape de notre analyse, nous savons comment déterminer la quantité d’alcool pur contenu dans une boisson. Or justement, l’Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) définit la quantité d’alcool par grammes. C’est aussi en grammes que toute la législation sur la consommation d’alcool évalue la quantité d’alcool dans le sang. Dès lors, la question que l’on se pose est : comment passer de la quantification en millilitre à celle en grammes ?

L’alcool, du millilitre au gramme

Ce passage est facile à opérer. Il faut savoir qu’un litre d’alcool pèse 800 grammes. Par conséquent, si l’on considère un litre de vin avec 18% de concentration en alcool, cet alcool pèse 800g x 18% = 144 g. On ne vous souhaite pas de prendre en un seul coup un litre de vin de 18° d’alcool, mais si vous le faites, vous aurez ingéré 144 grammes d’alcool.

Cela explique bien pourquoi dans un bar, chaque boisson alcoolisée à son verre standard. On ne vous servira pas du whisky dans une coupe à vin. De même, vous ne boirez pas votre vin dans un verre à bière. La raison de cette distinction, c’est l’unité d’alcool.

Qu’est-ce que l’unité d’alcool?

L’unité d’alcool, c’est le verre standard, c’est-à-dire cette quantité approximativement identique d’alcool que vous consommez en un verre quel que soit la boisson. En fait, que vous buviez du vin, de la bière, du whisky ou de la vodka, tant qu’on vous sert l’une ou l’autre boisson dans le bon verre, vous aurez consommé la même quantité d’éthanol. Et cette quantité c’est environ 10 grammes. Supposons que j’aie le choix entre boire un ballon de vin de 12°, un verre de pastis de 45° une coupe de champagne de 12° ou ma chope de bière de 50cl à 5% d’alcool. Peu importe mon choix, j’aurai quand même consommé environ 10 grammes d’alcool.

Maintenant que nous savons calculer la quantité d’alcool pur nous avons dans un verre, essayons maintenant de faire des applications concrètes.  Cette application se fera surtout au cours des fêtes privées, entre amis. Car chez soi, ce ne sont pas toujours les verres standards qu’on utilise. Le whisky peut bien vite passer dans un verre à bière, dans le feu de la fête. Il faut alors avoir la prudence de calculer soi-même la quantité d’alcool pur que l’on est en train d’ingérer.

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que l’unité d’alcool reste une mesure conventionnelle qui peut changer d’un pays à un autre. Par exemple, le taux d’alcool dans la bière n’est pas toujours entre 4,5 et 6%.

La responsabilité des débitants

Si vous tenez un débit de boisson et que l’un de vos clients, en quittant le bar, cause un accident par conduite en état d’ébriété, votre responsabilité peut être engagée. C’est d’ailleurs pourquoi l’on ne peut obtenir son permis d’exploitation qu’après avoir suivi une formation.

C’est l’article R3353-2 du Code de la Santé Publique qui décrit clairement la responsabilité du débitant : « Le fait pour les débitants de boissons de donner à boire à des gens manifestement ivres ou de les recevoir dans leurs établissements est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe. »

C’est donc à vous qu’il revient de refuser par exemple de servir plus de deux verres à un client quand il doit prendre le volant aussitôt après. C’est pour cela que, depuis décembre 2011, les débitants qui ont reçu l’autorisation de rester ouverts entre 2 heures et 7 heures doivent mettre des éthylotests à la disposition de leurs clients. La quantité d’éthylotests à mettre à disposition doit être au moins égale à 25% de la capacité d’accueil du bar, sans être inférieur à 50.  Et quand on parle de mise à disposition des éthylotests, cela suppose qu’ils soient visibles, indiqués par une affiche.

Dans tous les cas, il est de la responsabilité du débitant de s’assurer que personne ne prenne le volant en état d’ébriété, après s’être fait servir de l’alcool dans son bar.

stage france