Taux d’alcoolémie : dépasser 0,80 g/L constitue un délit

L‘alcoolémie représente la concentration d’alcool présente dans l’organisme. Elle s’exprime en g/L de sang

En France, conduire un véhicule avec un taux supérieur ou égal à 0,8 g/L constitue un délit. 

L’article L 234-1 du Code de la route est très clair à ce sujet : « Même en l’absence de signe d’ivresse manifeste, le fait de conduire un véhicule sous l’emprise d’un état alcoolique caractérisé par une concentration d’alcool dans le sang égale ou supérieure à 0,80 g/L ou par une concentration d’alcool dans l’air expiré égale ou supérieure à 0,40 milligramme par litre est puni de deux ans d’emprisonnement et de 4 500 € d’amende. »

Mais savez-vous qu’en buvant seulement 3 verres « standard » de boisson alcoolisée, on peut dépasser ce taux délictuel de 0,80 g/L ? Et qu’en est-il de la responsabilité du débitant de boissons qui accepte de servir un client en état d’ivresse ? Réponses.

Qu’est-ce que le « verre standard » ?

Il s’agit du contenant utilisé dans les bars qui servent les boissons alcoolisées de manière professionnelle. La plupart de ces breuvages ont d’ailleurs leur propre contenant standard.

Ainsi, un ballon de vin à 12° (10 cl), une chope de bière à 5° (25 cl), un verre de whisky à 40° (3 cl) ou une coupe de champagne à 12° (10 cl) contient approximativement la même quantité d’alcool pur, autrement dit 10 grammes.

Rester dans la légalité 

Outre de se soumettre à un alcootest, on peut estimer facilement le volume de boisson alcoolisée l’on est en droit de consommer afin de rester dans la légalité.

Pour y arriver, il suffit de garder en tête qu’on fait monter son taux de 0,20 g à 0,25 g en moyenne à chaque consommation d’un verre standard de boisson alcoolisée.

Ce chiffre peut cependant augmenter à 0,30 g, voire plus, pour :

  • Les femmes.
  • Les personnes minces.
  • Les personnes âgées.
  • Les fumeurs.
  • Les individus fatigués, stressés ou ayant une santé fragile.

Diffusion dans l’organisme

L’alcool ingéré aura tendance à se diffuser rapidement dans l’organisme lorsque, entre autres :

  • L’individu qui boit est une femme (celle-ci étant plus sensible aux boissons alcoolisées que l’homme).
  • On boit à jeun (pris en cours de repas, il manifeste moins vite ses effets).
  • On boit rapidement.
  • On est atteint de certaines maladies.

La responsabilité du tenant de bar

Le décret n° 2003-462 du 21 mai 2003 stipule que « Le fait pour les débitants de boissons de donner à boire à des gens manifestement ivres ou de les recevoir dans leurs établissements est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 4e classe ». 

Autrement dit, continuer à servir un client déjà fortement alcoolisé est interdit par la loi. Car en reprenant par la suite le volant de son véhicule pour rentrer chez lui, ledit client risque sa vie et celle d’autrui.

On comprend donc pourquoi l’État français réglemente fortement la consommation de boissons alcoolisées. Ses objectifs : assurer la sécurité routière, préserver l’ordre public, prévenir l’alcoolisme et protéger les populations vulnérables (mineurs, femmes enceintes, personnes âgées, etc.).




Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.