Avec un taux d’alcool de 2 g/L, qu’est-ce qu’on risque ?

La capacité du foie à éliminer l’alcool est atteinte avec une alcoolémie de 2,4 grammes par litre de sang.
Ce qui représente une consommation minimum de 10 ballons de vin (10 cl) alcoolisé à 12°, 10 chopes de bière (25 cl) à 5°, 10 verres de whisky (3 cl) à 40° ou encore de 10 coupes de champagne (10 cl) à 12°.
Théoriquement, à partir d’un taux de 3 g/L, le coma éthylique survient.....  Et à 5 g/l c'est la mort !!
En principe, chaque verre consommé fait augmenter l’alcoolémie de 0,20 à 0,25 g/L chez l’homme, et de 0,30 g/L chez la femme.
Si l’abus de boissons alcoolisées est fortement préjudiciable pour la santé, il est aussi sévèrement sanctionné par la loi.
Il faut donc surveiller la quantité d’alcool que l’on accepte d’absorber. Pour ce qui concernant le débitant de boissons, il doit garder en tête que servir un client en état d’ivresse est sanctionné par la loi.
Tour d’horizon des différentes sanctions liées à une consommation abusive de breuvages alcooliques.
alcool grammes

Entre 0,5 g/L et 0,8 g/L

Dans l’Hexagone, il est interdit de conduire un véhicule dès lors que l’on présente une alcoolémie supérieure ou égale à 0,5 g/L (0,2 g/L pour les permis probatoires).
Passer outre cette réglementation donne lieu à une contravention de 4e classe:

  - Une amende de 135 €.
  - Un retrait de 6 points sur le permis de conduire.
  - Une suspension du permis pendant 3 ans maximum.

À partir de 0,8 g/L

Dans ce cas, on tombe dans le délit (loi du 8 décembre 1983). 
Les sanctions, assorties de condamnation judiciaire, sont dans ce cas les suivantes :

  - Une immobilisation immédiate du véhicule.
  - Une mise en garde à vue du conducteur (72 heures maximum).
  - À propos du permis de conduire : 6 points de retrait, suspension ou annulation pour 3 ans.
  - Jusqu’à 4 500 € d’amende.
  - Une peine de 2 ans de prison.

Mettre la vie d’autrui en danger les sanctions encourues

En cas d’accident de la route mettant la vie d’autrui en danger, le conducteur en état d’ébriété encourt des peines bien plus lourdes.
Ainsi, si l’usager de la route a subi de graves blessures, l’auteur de l’accident est passible des sanctions suivantes :

  - Amende : 75 000 €.
  - Sur le permis de conduire : 6 points de retrait et 10 ans de suspension.
  - Confiscation du véhicule.

En cas de mort d’autrui, la répression consiste, entre autres a:

  - Une amende de 100 000 €.
  - Une peine de prison de 7 ans.

L’alcool au volant tue

L’alcool est impliqué dans 28 % des accidents mortels sur les routes.
C’est pourquoi l’état d’ivresse, même à faible taux d’alcoolémie, est sévèrement sanctionné.
Alcool et conduite, 1ère cause de mortalité sur les routes ,en 2015, 30 % des accidents mortels sont imputables à l’alcool au volant.
Chaque année, l’alcool tue plus de 1 000 personnes sur les routes, notamment la nuit et sur route secondaire (2 accidents mortels sur 3).
Dans la grande majorité des cas (à 90 %), les conducteurs alcoolisés sont des hommes et 25% des tués ont entre 18 et 24 ans.
Par ailleurs, 55 % des accidents mortels sont liés à un taux d’alcoolémie supérieur à 1,5g/l de sang : le risque d’être responsable d’un accident mortel est 8,5 fois plus élevé chez une personne ayant bu de l’alcool.
En effet, l’ingestion d’alcool diminue les capacités physiques : temps de réaction allongé, difficulté à adapter la conduite aux circonstances, trouble de la vision, défaut de coordination des gestes.
Cumulé à la prise de stupéfiants, l’alcool au volant multiplie par 14 le danger d’un accident mortel, par rapport à un conducteur négatif à l’un ou l’autre et enfin, la prise de médicaments peut être incompatible avec la conduite.

Des sanctions proportionnées au taux d’alcoolémie

Dès 0,2 g/l pour les permis probatoires ou les conducteurs de transport en commun

  • Amende de 135€
  • Retrait de 6 points
  • Immobilisation du véhicule
  • Suspension du permis (jusqu’à 3 ans)
Les détenteurs d’un permis depuis moins d’un an doivent repasser les épreuves théorique et pratique pour de nouveau conduire.

  • 29 % des accidents routiers mortels sont causés par l’alcool.
  • 17 % des 559 piétons décédés accusaient une alcoolémie supérieure à 0,5 g/L.
Pour ce qui est des auteurs d’accidents mortels:
  • 29 % d’entre eux sont des jeunes de 18 à 24 ans.
  • 25 à 34 ans.
  • 19 % d’entre eux se situent dans la tranche d’âge 35-49 ans.

En cas de doute : l’éthylotest !

En cas de doute sur son taux d’alcoolémie, L’éthylotest évalue l’alcoolémie en mesurant le taux d’alcool dans l’air expiré.

En outre, le mélange cannabis/alcool multiplie au moins par 15 le risque d’être à l’origine d’un accident mortel.
Notons qu’un conducteur sous l’emprise d’alcool associé à des stupéfiants est passible d’une amende de 5000 €, de 3 ans de prison, et d’une annulation du permis de conduire.