Faut-il une licence pour servir des boissons non alcoolisées (groupe 1) ?

Avant de servir à boire dans un bar, une discothèque ou un établissement de restauration, il faut se pencher sur la question du droit. La fabrication, la mise en vente et la consommation des boissons sont réglementées. Le groupe 1 regroupe toutes celles qui ne sont pas alcoolisées. Pour simplifier la classification, le deuxième a été supprimé. Les groupes 3 à 5 concernent celles qui sont alcoolisées.

Que dit la réglementation ?

Peut-on servir des boissons sans licence dans tous les débits ? C’est possible à condition d’avoir au moins une petite licence restaurant, laquelle inclut l’autorisation de servir des consommations non alcoolisées.

Les établissements détenteurs de la licence III ou de la licence IV peuvent servir des consommations sans alcool sur place ou à emporter. Les licences I et II n’existent plus. Il convient toutefois d’assurer l’hygiène alimentaire du service des boissons non alcoolisées. Une formation préalable est suivie par le personnel, avant d’obtenir le permis d’exploitation.

Pour accéder à l’article L3331-1  du Code de la Santé Publique qui régit la licence de première catégorie, cliquez sur cette page.

Quelles eaux en bouteille choisir ?

Il ne faut pas négliger cette question, car les consommateurs attendent généralement une marque reconnue. S’ils viennent consommer dans un débit de boissons ou un restaurant, c’est pour que la qualité soit au rendez-vous. Certes, l’eau du robinet est tout à fait propre à la consommation. Les analyses d’eau sont aussi rigoureuses concernant l’eau servie en carafe que l’eau en bouteille. 

Toutefois, les vertus médicinales et le goût ne sont pas les mêmes. C’est pourquoi il faut veiller à se fournir en eau de qualité, dont la marque est identifiable par le client. 

Pour vous aider à choisir, nous avons rédigé cette page.

A-t-on intérêt à servir des jus de fruits faits maison ?

Il existe des appareils simples ou innovants, tout à fait efficaces, pour préparer vos jus en un clin d’œil. C’est un gage de qualité qui intéresse de plus en plus les consommateurs. Le succès de ce genre de recette dépend de votre concept de départ et de votre stratégie de communication.

C’est une façon de diversifier la carte des boissons, sachant qu’il convient de s’approvisionner en jus conditionnés en bouteille pour vendre rapidement sur place lors des périodes d’affluence.

Pour en savoir plus sur les différents types de jus et le concept de bar à jus, cliquez sur cette page.

La tendance des jus de légumes se confirme-t-elle ?

On observe que les comportements alimentaires évoluent. Les consommateurs se tournent parfois vers de nouvelles recettes, parfois surprenantes. Les jus de légumes frais reviennent en force et séduisent ceux qui mangent sur le pouce ou qui prennent l’apéritif. 

Si vous souhaitez découvrir quelques recettes de base ou originales, toujours simples à réaliser, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur cette page.

En conclusion, avant d’ouvrir un débit, il convient de définir une carte sans négliger les boissons non alcoolisées. Une formation pour mettre à jour ses pratiques est accessible à tous, ouverte à tous dans un organisme agréé de proximité, à différentes périodes de l’année. Elle est nécessaire avant l’ouverture de débits et doit être renouvelée tous les dix ans.




Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.