Licence nécessaire pour la vente de bière

La bière étant une boisson fermentée, elle dépend du groupe 3 de la classification des boissons alcoolisées. Elle est obtenue par la fermentation de moût de malt ou de céréales. Sa recette est ancestrale et se retrouve aux quatre coins du monde

Pour obtenir le droit d’en vendre, il faut la licence correspondant au groupe 3. Selon la nature de l’établissement, elle se nommera différemment, mais elle permettra de distribuer l’ensemble des boissons de cette catégorie. 

En fonction de sa région d’origine, elle ne possède pas les mêmes spécificités. D’où tire-t-elle ses origines ?

La bière à travers le temps

Les premières apparitions de cette boisson remontent à 12 000 ans avant J-C. Sa fabrication procédait de la fermentation de céréales dans de l’eau potable. Le processus était alors chauffé au soleil.

Durant l’antiquité, elle était reconnue pour ses qualités nutritives et médicinales. Sa propagation a précédé celle du vin et ce breuvage a connu un succès grandissant au fil du temps. A l’époque de l’Empire romain, elle prend place à la fois comme boisson de la légion, mais également comme celle des gaulois.

A partir du VIe siècle, les abbayes en autorisent la fabrication et la consommation. C’est sous Charlemagne que sa fabrication sera confiée à des spécialistes.

Au XVIe siècle, le houblon rentre dans la composition et le mot  »bière » est adopté.

C’est à partir de 1842 que la fermentation basse est introduite, année du développement du froid industriel, permettant ainsi de stabiliser et de généraliser une qualité constante. Jusqu’alors, la pasteurisation n’existait pas et les produits ne se ressemblaient pas forcément. C’est en 1857 que cette dernière sera introduite dans le process permettant un contrôle sur la qualité du produit fini.

Elle appartient donc à la 3ème catégorie de breuvages : fermentés, mais dont la concentration d’alcool est inférieure à 18°, comme le cidre ou le poiré par exemple.

La vente de bière : obligations légales 

Tout gérant d’un restaurant ou d’un débit de boissons est tenu d’avoir suivi une formation. Cette dernière est nécessaire pour l’obtention du permis d’exploitation.

Cette formation vise à informer sur les dangers et les risques liés à la distribution de boissons alcoolisées. Qu’il s’agisse de santé ou de nuisance sonore, la réglementation vise à sensibiliser les exploitants aux contraintes à respecter en matière de protection des mineurs, d’accueil du public, et de respect du voisinage. On y inclura également les principes de responsabilité civile et pénale liés au type de licence et d’activité.

La question de l’alcool est une question sensible. Aussi, les gérants de débits de boissons doivent être au fait des risques encourus par leurs clients, et d’en prévenir un maximum en assurant une distribution raisonnée et conforme aux attentes de la loi.

Les manquements peuvent être lourdement sanctionnés, mais au-delà de la sanction, il est impératif de retenir qu’une grosse part de responsabilité incombe à celui qui distribue de l’alcool. C’est, entre autres, ce cadre que fixent les licences.

La prévention est aussi importante que la loi, elle est l’une des clés qui permettent qu’un débit, tel un restaurant, autorise de consommer de façon la plus sécurisée et responsable possible. L’information reste la meilleure arme de prévention.




Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.